• La loi sur les jeux a été ratifiée par tous les Länder et entrera en vigueur le 1er juillet.
  • Mais les opérateurs sont déjà sur le sentier de la guerre en raison de trop nombreuses restrictions.
  • L’Allemagne réfléchit maintenant à un système d’imposition basé sur la collecte qui mettrait définitivement fin au marché
  • Et Egba menace même de dénoncer l’Allemagne à la Commission européenne pour aides d’État.

Les 16 Länder allemands (régions françaises) ont enfin ratifié la nouvelle loi fédérale sur les jeux d’argent en ligne. Ces derniers jours, les deux derniers États fédéraux, la Rhénanie-du-Nord-Westphalie et la Saxe-Anhalt, ont donné leur accord. La nouvelle législation entrera en vigueur le 1er juillet de l’année prochaine et devrait mettre fin à une très longue période d’incertitude. Cependant, les opérateurs sont déjà sur le sentier de la guerre, pointant du doigt certaines limitations et la charge fiscale très élevée, et dénonçant le fait que sans cela, la moitié du marché en ligne restera illégal.

Quatre lois et un « déserteur »

Il faut reconnaître qu’en matière de jeux d’argent en ligne, l’Allemagne s’est montrée tout sauf efficace. La première tentative de légalisation du secteur remonte à dix ans exactement. L’Allemagne n’y serait probablement pas parvenue sans l’impulsion de l’Union européenne. La Commission, renforcée également par certains arrêts de la Cour de justice, menaçait en fait d’ouvrir une procédure d’infraction. La première version du traité fédéral était une sorte d’expérience, et devait en fait avoir une vie courte, seulement 6 ans : les Länder voulaient évaluer les effets de l’ouverture et ont donc décidé immédiatement qu’en 2018 ils lanceraient une nouvelle version. Ils avaient également décidé de n’attribuer que 20 licences pour les paris en ligne, mais les opérateurs qui souhaitaient y participer étaient au nombre de 35 et ceux qui ont été exclus ont fait appel en affirmant que toute la procédure n’était pas transparente. Ils avaient raison et en 2015, la course a été annulée.

Les 16 États ont repris leurs discussions sur la manière de réglementer le secteur et ont finalement décidé de ne corriger que les aspects critiques du traité. En substance, ils ont supprimé le plafond de 20 licences, mais n’ont pas, par exemple, modifié l’échéance de 2018. En d’autres termes, ils ont réglementé le secteur lorsqu’il était temps de se mettre au travail sur la nouvelle version du traité.

Le troisième projet devait également avoir une durée de vie très courte, d’un an et demi seulement, du 1er janvier 2020 au 30 juin 2021. Une fois encore, le Land a décidé de ne légaliser que les paris en ligne, mais a supprimé définitivement le plafonnement des licences. Cette version s’est également retrouvée devant un tribunal et a été déclarée illégale, cette fois-ci selon les juges certains opérateurs ont obtenu des concessions dans la délivrance des licences. Les terres se remettent au travail sur la législation, à la fin ils ont adopté une nouvelle loi qui baptise précisément GlüNeuRSt. Enfin, le poker et les jeux de casino en ligne ont été légalisés et entreront officiellement en vigueur en juillet.

En fait, un marché avait déjà été créé d’une certaine manière, car l’un des Länder, le Schleswig-Holstein, avait délivré ses propres licences depuis 2012. Les opérateurs sont censés n’accepter que les joueurs résidant dans l’État, mais il n’est pas facile d’appliquer cette règle. Depuis septembre dernier, peu après l’adoption de la nouvelle loi, les Länder ont adopté ce que l’on appelle la politique de tolérance. En substance, les opérateurs peuvent commercialiser tous les jeux, tout en respectant la réglementation.

Les opérateurs ne sont pas contents…

L’ouverture du marché n’éteint cependant pas la controverse, bien au contraire. Les opérateurs dénoncent en effet que les fortes limitations imposées par le Land vont fortement pénaliser le secteur. Parmi les différentes ficelles, il y a par exemple la limite de dépenses mensuelles de mille euros, bien que les joueurs puissent l’augmenter dans certains cas. Les machines à sous ne peuvent alors pas être proposées sur les mêmes sites que les autres jeux de casino, les opérateurs doivent ouvrir des salles virtuelles dédiées. Mais surtout, la mise maximale par tour a été fixée à 1 euro.

Le résultat est que la moitié du marché, 49% pour être exact, restera illégal, selon l’institut de recherche Goldmedia, qui a mené une analyse pour Entain, Flutter Entertainment et Greentube, une marque du groupe Novomatic. Selon le rapport, les opérateurs légaux ne pourront pas faire grand-chose contre le marché clandestin : ils ne pourront pas offrir un taux de rémunération supérieur à 90 %, les sociétés non autorisées se situant autour de 98 %. Quant aux joueurs, seuls 31% accordent de l’importance au fait de jouer sur un site sous licence, tandis que pour 54% le facteur déterminant est les pourcentages de gain, et seuls 6% se décident sur la base des mesures de protection de l’utilisateur. Le chemin vers le secteur légal semble semé d’embûches, et 31% des utilisateurs admettent jouer au moins une fois par mois sur des sites non autorisés.

Et la situation pourrait encore empirer

La situation pourrait même empirer, puisqu’un projet de loi a été présenté pour adopter, dans le cas du poker en ligne et des machines à sous, un système de taxation basé sur la collecte, avec un taux de 5,3%.

Une fiscalité rédhibitoire aux yeux de l’industrie

Selon l’EGBA, l’association qui regroupe les opérateurs communautaires de jeux en ligne, “C’est un choix punitif, il suffit de prendre l’exemple de la Bavière pour s’en rendre compte. Et l’association explique qu’ainsi “les machines à sous et le poker en ligne devront supporter un prélèvement jusqu’à 15 fois supérieur à celui des machines à sous installées dans les salles de jeux normales, et 4 ou 5 fois supérieur à celui auquel sont soumis les jeux équivalents proposés dans les casinos. Cette taxation procurera un avantage substantiel et injuste aux opérateurs terrestres. En prenant à nouveau l’exemple de la Bavière, c’est comme si le Land distribuait 290 millions d’euros par an aux casinos et aux salles physiques. « Selon Egba, il s’agit d’une véritable aide d’État et, en tant que telle, elle est illégale. »

“Nous applaudissons la décision de l’Allemagne de légaliser le marché, et nous sommes tout à fait d’accord pour que les taxes sur les jeux soient payées”, commente Maarten Haijer, secrétaire général de l’association. “Mais nous demandons au Parlement allemand de rejeter cette proposition, également parce que le seul résultat sera de pousser les acteurs vers un marché non réglementé qui n’offre aucune protection. Nous sommes convaincus qu’un équilibre peut être trouvé entre la nécessité de protéger les joueurs et de garantir un niveau adéquat de recettes fiscales.” Egba, cependant, est prêt à en découdre : il a déjà eu une confrontation avec la Commission européenne et menace d’envoyer une plainte pour aide d’État si le Parlement allemand ne fait pas marche arrière.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here