Faire carrière, outre une solide motivation et la bonne dose d’ambition personnelle, nécessite la construction d’un parcours qui prend en compte plusieurs aspects. En effet, il ne s’agit pas seulement de préfigurer les différentes étapes en termes d’objectifs et de délais pour les atteindre. La planification doit inclure des aspects à développer au fil du temps pour enrichir la base professionnelle, expérientielle et de connaissances.

Un expert a élaboré un vade-mecum de 5 conseils pour donner un “coup de pouce” à sa carrière.

Prendre en main son évolution professionnelle

la formation continue

Le cliché selon lequel “dans la vie, on ne cesse jamais d’apprendre” pourrait être traduit en une sorte d’impératif pour le professionnel :

  • “dans votre parcours professionnel, vous ne devez jamais cesser d’apprendre”.
  • Le passage au numérique, l’application en général des nouvelles technologies dans tous les secteurs, modifient la façon de travailler et les compétences requises pour de nombreuses figures, voire conduisent à l’émergence de nouveaux emplois et rôles.
  • La curiosité et la mise à jour permanente sont des avantages compétitifs pour rester attractif sur le marché du travail.

Soft skill

Un passepartout pour des opportunités dans tous les secteurs Dans un marché du travail caractérisé par une forte pénurie de compétences, les entreprises ont tendance à puiser dans d’autres secteurs que leur propre activité pour trouver des ressources. Nous avons déjà mentionné les compétences numériques, qui sont un hybride de compétences matérielles et immatérielles, en tant que compétences transversales et désormais demandées dans tous les secteurs. De même, toutes les compétences moins “dures” et plus nettement managériales – gestion du temps, communication efficace, qualités de leadership et gestion d’équipe, savoir travailler par objectifs, capacité à “faire bouger les choses” – sont également considérées comme transférables et donc exploitables dans différents domaines.

Il est plus complexe de résumer les compétences non techniques dans son CV de reconversion professionnelle, tandis qu’il convient de les mettre en valeur lors de la phase d’entretien par des exemples de scénarios dans lesquels on a clairement démontré que l’on possède les compétences en question.

3. Acquérir de l’expérience dans un contexte international

La maîtrise d’une langue autre que la sienne et la connaissance d’un marché étranger constituent certainement des avantages compétitifs sur le marché du travail. Mais acquérir une expérience professionnelle dans un contexte international et multiculturel offre surtout la possibilité d’élargir ses horizons en entrant en contact avec différentes cultures de travail et de tester sa capacité d’adaptation, devenant ainsi un promoteur du changement.

Entretenir son réseau

Construire un réseau de relations professionnelles solides, fondées sur le respect et l’estime mutuels, vous permet de bénéficier d’un soutien lorsque vous postulez pour une carrière au sein de votre entreprise, mais aussi de pouvoir compter sur des références qualifiées lors d’un entretien pour un nouveau poste.

Toutefois, le réseautage ne doit pas se limiter aux collègues et aux clients, mais inclure également les professionnels impliqués dans la recherche et la sélection. Le fait de faire partie du réseau professionnel des responsables des ressources humaines et des chasseurs de têtes permet de rester informé des nouvelles opportunités et parfois d’être pris en considération pour des postes à responsabilités, même sans candidature spécifique.

Gérer la peur du changement

Si une opportunité d’évolution professionnelle est un stimulus positif, le revers de la médaille est la peur du changement que cela implique : les responsabilités que l’on prend, le réaménagement nécessaire des habitudes et de l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée, un nouvel environnement de travail et une nouvelle équipe, parfois même un changement de secteur dans lequel on travaille ou de ville ou de pays dans lequel on vit. Il est donc nécessaire de gérer l’aspect émotionnel pour éviter que les inquiétudes et les peurs ne prennent le dessus sur les impulsions positives nécessaires à l’acceptation du changement, en gardant toujours à l’esprit que celui-ci fait partie intégrante de notre vie, tant professionnelle que personnelle.